Les grandes questions ouvertes de la science

Au lycée, puis en prépa, on tend à présenter la science comme source de vérités. Ce sont les savoirs bien établis qui sont enseignés. Cela permet de poser un socle sur lequel la réflexion future pourra se construire. Mais cela peut donner une idée erronée de ce qu’est la science, et, surtout, de ce que font les scientifiques.

C’est une des vertus de la récente série d’articles de The Economist sur les grandes questions ouvertes de la science que d’apporter précisément un éclairage sur les problèmes non résolus, en en soulignant les enjeux, en décrivant différentes hypothèses envisagées, et les expériences en cours pour les tester.

Voilà donc un excellent moyen de travailler votre anglais tout en enrichissant votre culture scientifique !

Et si vous préférez le format vidéo, chaque article est associé à un petit film qui en reprend le contenu, avec de brèves interventions de scientifiques.

Attention, si vous n’êtes pas abonné à The Economist, vous ne pouvez accéder qu’à 3 articles par semaine : il vous faudra donc étaler votre lecture.

Le premier article de la série aborde la question de l’apparition de la vie sur Terre, et de la possibilité d’une vie extraterrestre. Différentes expériences en cours tentent de recréer la vie à partir de diverses molécules et structures géologiques, pour comprendre comment elle a pu naître : Life story.

Vient ensuite la question des univers parallèles : se pourrait-il que d’autres univers, semblables ou non au nôtre, existent ? Les expériences pour le tester sont moins évidentes à mettre en œuvre, mais des tentatives existent : Multiversal truths.

La composition de notre univers lui-même reste aussi largement inconnu : la matière qui nous est familière n’en constitue, selon l’état actuel de nos connaissances, qu’environ 5%. Le reste est composé de matière noire et d’énergie noire, dont les caractéristiques nous sont encore largement inconnues : To the dark side.

Retour à la biologie avec l’explosion cambrienne, cette période où, il y a environ 542 millions d’années, la vie sur terre a connu un développement spectaculairement rapide. Pour quelle raison ? Plusieurs hypothèses existent, et sont en train d’être testées : The other Big Bang.

L’avant-dernier article de la série pose la question de la flèche du temps : les équation de la relativité sont réversibles, et, pourtant, certains phénomènes manifestent une irréversibilité, dont rend compte la thermodynamique. La réconciliation de ces deux conclusions est une des grandes questions de la physique d’aujourd’hui : The moving finger writes.

Enfin, le dernier mystère exploré par The Economist est la conscience. Son mode d’apparition et sa présence chez les animaux, par exemple, restent largement inconnus, et sont un enjeu important pour comprendre ce qui nous caractérise en tant qu’humains : The hard problem.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *